Pour qui?

La psychothérapie s’adresse à toute personne qui éprouve un mal être, physique et/ou psychique, qui se sent en décalage avec sa vie, qui n’arrive pas à se réaliser sur les plans: affectif, social, familial et professionnel.

Elle s’adresse également à toute personne en recherche, qui désire mieux se connaître, rompre avec de vieux schémas issus du conditionnement familial et social, et donner un sens à sa vie en se reconnectant à ses désirs profonds.

Pourquoi ?

La psychothérapie est un chemin d’exploration, de rencontre avec soi-même qui permet de prendre du recul, de porter un autre regard sur son vécu, pour mieux le vivre, l’accepter et se libérer ainsi des chaînons du passé.

Notre présent est empreint de notre enfance, toutes les émotions, les souffrances qui n’ont pas pu être ressenties, sont refoulées et créent des tensions, des maladies, des dépressions, des addictions, des compulsions (sexuelle, alimentaire…), des comportements inadaptés, etc. La psychothérapie permet de recontacter les blessures de notre enfant intérieur, à l’origine de tous ces maux, et qui nous empêchent de vivre pleinement. Elle permet de retrouver son être profond et de faire des choix de vie qui nous appartiennent.

Le corps mémorise toutes les informations, tous les vécus émotionnels, il détient la vérité, notre vérité. La psychothérapie est à l’écoute de ce corps qui parle. Il est le révélateur de notre histoire. Le thérapeute est le témoin bienveillant des souffrances que le corps exprime, il accueille ce qui n’a pas pu être dit, ressenti et permet ainsi à la personne d’accueillir et surtout d’accepter pleinement son vécu, quel qu’il soit.

Ce retour aux sources permet de se libérer d’un passé douloureux qui empoisonne le présent et nous empêche d’être simplement nous même. Il permet ainsi de se relier à l’essence même de notre être et de réaliser qui nous sommes vraiment pour donner un sens à notre vie.

 

« Apprends à écrire tes blessures dans le sable et à graver tes joies dans la pierre »

Lao-Tseu

 

« Rien n’a été fait tant que l’individu dans son particulier ne s’est pas transformé »

C. G. Jung