Il est aujourd’hui prouvé scientifiquement que le cerveau est doté d’une plasticité qui se caractérise par la capacité du système nerveux à changer sa structure et son fonctionnement en réaction à la diversité de son environnement.

La neuroplasticité permet aux neurones de se régénérer autant d’un point de vue anatomique que fonctionnel, mais également de former de nouvelles connexions synaptiques. Ce potentiel d’adaptation du système nerveux permet ainsi au cerveau de se récupérer et de se restructurer quelque soit les altérations induites par des vécus traumatiques ou organiques.

 

Qu’est-ce que le neurofeedback ?

Le neurofeedback est une approche découverte au début des années 70 aux Etats Unis, qui permet au cerveau de se réorganiser pour mieux fonctionner. La première application thérapeutique découverte par le chercheur Barry Sterman, portait sur le traitement des personnes souffrant de crises d’épilepsie. Les recherches ont été poursuivies pendant une dizaine d’années dans d’autres laboratoires. Des protocoles spécifiques furent notamment élaborés pour traiter, avec succès, le syndrome de stress post-traumatique dont souffraient les vétérans du Vietnam.

Le principe du neurofeedback est basé sur l’analyse de l’activité cérébrale au moyen de capteurs (électrodes) placés sur le crâne, et le renvoi d’information permettant au cerveau de se réguler. Et c’est ce renvoi d’information qui définit le feedback.

 

Qu’est-ce que NeurOptimal ?  

NeurOptimal est une méthode conçue par deux psychologues cliniciens américains, Val et Sue Brown PhD, après une longue expérience du neurofeedback au sein des institutions. Celle-ci leur a permis d’identifier des axes d’améliorations possibles qu’ils ont concrétisées en créant neurOptimal.

Contrairement au neurofeedback classique qui se réfère à une norme, neurOptimal est dynamique. Le postulat de base étant que le fonctionnement de chaque cerveau est spécifique et propre à chaque individu, ainsi que sa régulation.

NeurOptimal analyse les variations de l’activité cérébrale contrairement au neurofeedback classique qui lui analyse les écarts par rapport à un cerveau dit « normal ».

Le système est très simple et autonome, il ne nécessite aucune manipulation humaine et il est non invasif.

La personne écoute de la musique ou regarde un film, choisi au préalable. Elle n’a aucune action volontaire à effectuer, aucun souvenir douloureux à se remémorer. Le logiciel enregistre l’activité cérébrale à partir des capteurs positionnés sur le crâne et les oreilles, et provoque une brève interruption du son lorsqu’il détecte un changement brutal et rapide de l’activité électrique. Cette interruption est le feedback qui permet au cerveau de se réguler.

La grande variation électrique provient d’une population de neurones trop faibles (dits neurones inhibiteurs) pour jouer leur rôle de régulateur. Un mécanisme présent dans tout cerveau, le « renforcement hebbien » permet de rétablir une activité normale de cette population de neurones déficiente grâce à la présence simultanée de deux facteurs : la perception de l’interruption du son et la forte activité électrique. Ce mécanisme de régulation se produit à un niveau non conscient.

 

A qui s’adresse le neurofeedback neurOptimal ?

NeurOptimal s’adresse aux personnes de tout âge : enfants, adolescents, adultes et personnes âgées.

Les domaines d’application  sont nombreux, la liste non exhaustive ci-dessous en fournit une illustration :

  • anxiété et stress
  • phobies
  • troubles de la mémoire, de la concentration
  • dépression
  • troubles du sommeil, fatigue chronique
  • irritabilité, agressivité
  • tics
  • épilepsie
  • syndrome post-traumatique
  • déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH)
  • dyslexie, dyspraxie
  • trouble du langage et de l’apprentissage
  • Autisme/syndrome d’Asperger
  • trouble obsessionnel compulsif (TOC)
  • anorexie et boulimie
  • alcoolisme, toxicomanie,
  • bégaiement, bruxisme, etc.

Le neurofeedback neurOptimal s’adresse également à toute personne désireuse d’améliorer ses performances intellectuelles, sportives ou artistiques, sa concentration et son bien être.

Dans le cadre d’une psychothérapie, le neurofeedback neurOptimal facilite l’intégration des changements induits par le processus thérapeutique.

 

Fréquence et nombre de séance

La fréquence des séances recommandée est de 1 à 2 par semaine. Quant au nombre de séance, il ne peut être prédéterminé, vous seul êtes capable d’estimer si les changements obtenus sont satisfaisants et suffisants.

Je recommande au démarrage à minima 3 séances pour percevoir les premiers changements qui peuvent être d’ordre cognitifs, émotionnels, sensitifs, comportementaux, physiques, etc.

C’est vous qui décider l’arrêt des séances, à tout moment vous pouvez les reprendre si vous en ressentez à nouveau le besoin.

 

 

Pour en savoir plus :

https://www.adnf.org/choix_equipement_EEG_biofeedback.htm#principe

https://neuroptimal.com/learn/dynamical-neurofeedback/